WAX TAILOR, « Live 2010 à L’Olympia »



Wax Tailor, « Live 2010 à L’Olympia ».

Une phrase me vient en tête après la lecture et relecture de ce double album live, enregistré à l’Olympia : « Le déroulement d’un événement est plus souvent significatif que l’événement lui-même». L’événement vous l’avez compris c’est le phénomène Wax Tailor, et si vous ne connaissez que son nom ou sa réputation, et si vous l’avez entendu se glisser au hasard d’une discussion de comptoir enfin bref, que vous n’étiez pas un franc connaisseur de l’artiste, procurez-vous cet album et son DVD, cela pourrait être une révélation. Le succès de ce live 2010 accorde au DJ bien des mérites dont une mise en scène soignée incarnant l’atmosphère ondoyante de l’électro/hip hop de façon intimiste et élégante. Le concert sur la scène parisienne sacre donc l’artiste au rang de maestro tricolore du mixage, tant par la trame instrumentale de flûte, de violon et violoncelle que par ses différents samples. Les regrets sont clairement rationnels et amers lorsque l’on sait que l’on a raté sa dernière tournée, et surtout quand l’ambiance exaltée du public vous donne l’eau à la bouche. Aux côtés de platines lubrifiées et « waxtérisées », on retrouve des « guests » sortis de ses trois albums, dont la chanteuse Charlotte Savary, le rappeur Mr Mattic, Voice ou encore Charlie Winston…

Sous cette masse de collaborations artistiques, certains pourraient penser que le dj français s’éclipse derrière une flopée de musiciens mais il n’en est rien. D’une part, il a le mérite d’avoir du goût pour le choix de ses « featurings » (je pense notamment à Ali Hartner), et d’autre part, ces associations sont d’une pertinence inspirée et pénétrante. La preuve, il a choisi de mettre prochainement en symbiose ses mix et la musique classique, sous l’égide de l’Orchestre de l’opéra de Rouen. Hautement qualitative donc, la musique de Wax Tailor s’écoute sans mettre en doute la moindre fraction de son identité sonore. Contrairement à d’autres DJ, il mérite cette notoriété auprès du grand public. Ainsi, pour les amateurs confirmés, les quatre prochaines dates de concert autour de l’orchestre classique risquent d’être grandioses, pour les autres, on fera comme pour celui-ci, yeux clos et mise en situation… humm ! Sophie Queval

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s