Robin Mc Kelle

On dit de cette jeune chanteuse américaine qu’elle est devenue le nouveau phénomène jazz, et que son timbre de voix est très inspiré d’Ella Fitzgerald. Sa voix de contralto charnelle et à la fois puissante, habituée à la compagnie de big band, surtout sur ses deux premiers albums (« Introducing Robin Mc Kelle », « Modern Antique ») s’oriente maintenant vers un registre rhythm’n’blues, soul et définitivement jazzy.

robin-mckelle-gjgzy4

Ce style vintage, elle l’emprunte aux sixties et à ses idoles telles que Nina Simone ou Ray Charles. Sur son nouvel album « Mess Around », elle s’offre la contribution de Fred Wesley, ex-tromboniste et directeur artistique de James Brown. Il lui arrange ainsi certaines de ses chansons et orchestre la très belle reprise de Doc Pomus que Ray Charles a chanté par la suite « Lonely Avenue ».

Talentueuse, Robin Mc Kelle marche au feeling et à l’authenticité, c’est pourquoi ce troisième album est composé de reprises (« I can’t see nobody » des Bee Gees y est surprenante) ou de créations (« Since you looked in your eyes »). Dénuées de tout artifice, ses interprétations sur scène sont douces et vibrantes, sans le moindre maniérisme.

Sophie Queval

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s